[ LE PARISIEN ] Le numérique, c’est fantastique